Why this interest for the uprising of Wounded Knee (South Lakota, Feb-May in 1973), the subject having never been depicted in a movie.
CM: For a long time, I've been fascinated by the Indian culture and by their fights. Wounded Knee, I believe, is the last Indian "war". The "war" that gives social and cultural revival to the Native Americans. Through this event, I also wanted to speak about the activism of the 70s. I find this insurrection illustrates well the change that took place in our society during that time.
I made a political thriller where the subplots in the background are historical, but where the actions and the characters are inspired by true events and famous characters.

You're talking about Marlon Brando, George McGovern and Nixon.
CM: All those characters were connected with what took place at Wounded Knee. The senator of South Dakota, Georges McGovern, big time loser against Nixon in the elections of 72, returned to the front of the political scene sometimes by negotiating besides the insurgents.

Marlon Brando went to Wounded Knee and also fought for Indian rights all his life. In the film, I have recreated the famous scene in which he refused to accept the Academy Awards for his role in the "Godfather" because of the insurrection (March, 27 1973).

Nixon was finally the big loser during this time, because he went against the current and locked himself away prematurely with the wired taps that resulted in the Watergate scandal. It is what concludes the movie. But the secret plan he signed shows a large amount of cynicism. Rules in Indian reservations are indeed not the same than in the rest of the country and certain people broke those rules and still abuse of them. It is one subject of the movie. Moreover, we can think that the siege went beyond what the uprising should have represented.


The movie happens almost in only one place. How did you approach the prison and the confinement?
CM: Generally, the activists are fairly familiar with prison and my characters undoubtedly were present during the Native American siege in Alcatraz, Washington, or even Custer. Here, it is about temporary jail cells, but the siege lasts longer than planned. The confinement creates tension and pushes the characters physically and psychologically.

To film it, I preferred to recreate a set in a studio to have more freedom, and especially to avoid a certain claustrophobia. But I liked the confinement aspect of it. The film I used as a reference was Sydney Lumet's "12 Angry Men". It's a perfect example of a "one location" movie.

What about working with the set, the lighting and the technicians?
CM: The team was very cosmopolitan as only a team in Los Angeles can be. With Tabbert Fiiler, our director of photography, we wanted a contemporary image whereas the set (Tyler Jensen), the costumes (Rosalida Medina) and the make-up ( Laci Hill) had to have a taste of the seventies. Each sequence was prepared on paper, with specific camera angles and lighting for each day time. Everyone had a way of being filmed. The stable characters (Marvin, Henry) were on camera foot and the unstable characters (Frank, Bud) from the shoulder up. The violent scenes were filmed also from the shoulder up with lower angles and the calmer scenes were sometimes filmed from above or from a lateral point of view.

The images would not be complete without the contribution in post production of Pitof (Vidocq, Alien 4, The City Of Lost Children), who literally redesigned the lights and colors in postproduction. We added, for certain scenes at the end, visual effects done by Olivier Dumont (Tree of Life, The Prestige). For sound editing and mixing, I worked with a team at Wildfire (Gus Van Sant's mixer, among others) and finally, postproduction was supervised by Pascal Vaguelsy (The Fighter, Dear John) in Los Angeles.

How was it like working with the actors?
CM: It was important to have native American actors for the movie like Michael Spears (Dance the Wolf, Bury My Heart) and Tonanzin Carmelo (Into the West, Imprint). I would not have been able to make the movie without them. It turns out that Michael's family was actively involved during the uprising and that his older brother was the only child born in Wounded Knee during the protests. Tonanzin is also a famous native American actress. It is also my second collaboration with Chad Brown (Marvin) and Alena Von Stroheim (Eric Von Stroheim's granddaughter) who plays the lawyer.

CM: We rehearsed a lot before starting shooting to find the alchemy between the characters. Ron Roggé (Trem, Modern Family) and Circus Szlewski (Conan) plays two Sheriffs who'd been working together for 20 years. King Orba (3:10 Yuma) plays Marlon Brando. Anthony Palermo (Rollerball) plays Nixon's representative and Henry Leblanc (The Bold and the Beautiful), plays Senator George McGovern. I have to say that working with them was a wonderful professional experience both on a personal level and creatively.

What about the music ?
CM: Regarding the music, I have to say it is difficult to be both the director and the composer, since each discipline uses very different parts of the brain. I found myself going around in circles, sometimes finding it uneasy to concentrate on the music only. When you make a film you end up being quite busy and agitated. On the other hand, when you compose you have to remain calm and zen. It's difficult to combine the two.

I searched for inspiration from North American folk music like Neil Young or Nick Cave. I added different layers to add tension and violence. Moreover due to the Vietnam War I used references from Asia.

But I had a great team in Paris, Los Angeles and Budapest (for strings). I recorded all the guitars myself. I called upon the beautiful voices of Kate Yvorra and Michael Spears and piano by Matt Rolling (Lyle Lovett, Mark Knopfler). The music was mixed by Bruno Mercere from Sledge and produced by Arnaud Gauthier. We have a long collaboration together.

How do you feel after this first feature film experience?
CM: I must say that the filmmaking process left me in a state of permanent shock, a spinning wheel that doesn't stop for months and despite that you still have to go the distance. I found the human adventure intense, and everyone's generosity during filming and during the post, left me extremely touched.

For this film, I applied the same technique I use for music or writing scripts. You have to be prepared and work as much as possible, so that little is left to chance. Creation is always based on the same energy, whether it's music, writing, graphic arts or directing. I found that energy with artists that I admire like David Lynch, Dennis Hopper or even Miles Davis, who were also a painter.

I grew up with movies from the seventies and the eighties. These are the reason for me wanting to work in films. "The Activist" is my tribute to these films.



Comment ce film est-il né? Pourquoi cet intérêt pour l'insurrection de Wounded Knee ? Ce sujet n'ayant jamais été traité dans un film.
CM: Depuis toujours, je suis fasciné par la culture Indienne et par leurs combats. Wounded Knee est pour moi la dernière guerre Indienne, celle qui donne au "Natives American" un renouveau social et culturel. A travers cet événement, je voulais aussi parler de l'activisme des années 70 et je trouvais que cette insurrection illustrait bien le changement qui s'opérait dans nos sociétés à ce moment là.

J'en ai fait un thriller politique, où les événements en toile de fond sont tous historiques, mais où les actions et les personnages sont inspirés de la réalité, y compris les personnages célèbres.

Justement, on retrouve Marlon Brando, Georges McGovern, et Nixon.
CM: Tous ces personnages sont reliés à ce qui se passe à Wounded Knee. Le sénateur du Dakota du Sud, George McGovern, grand perdant face à Nixon aux dernières élections de 72, revient au devant la scène politique en négociant parfois aux côtés des insurgés.

Marlon Brando s'est rendu à Wounded Knee, et a combattu aux côté des Indiens toute sa vie. Dans le film, j'ai aussi retourné la fameuse scène dans laquelle il refuse l'Oscar pour son rôle dans le "Parrain", à cause de l'insurrection (27 Mars 73).

Nixon est le grand perdant de cette époque, parce qu'il allait à contre courant, mais aussi parce qu'il s'est enfermé dans les écoutes qui déboucheront sur le Watergate. C'est ce qui conclu le film. Mais le plan secret qu'il signe montre un grand cynisme. En effet, les règles dans les réserves ne sont pas les mêmes que dans le reste du pays et certaines personnes en ont abusées et en abusent encore. C'est un des sujets du film. On peut d'ailleurs penser que la force déployée pendant le siège allait au delà de l'insurrection elle-même.

Le film est un huis-clos. Comment avez-vous approché la prison et l'enfermement ?
CM: En général les activistes connaissent un peu la prison et mes personnages ont sans doute vécu les manifestations Indiennes de Alcatraz, Washington, ou Custer. Ici, il s'agit de cellules provisoires, mais le siège dure plus longtemps que prévu. L'enfermement crée une tension et pousse alors les individus dans leurs retranchements physiques et psychologiques, des deux côtés: activistes et gardiens.

Pour tourner cela, j'ai préféré recréer un décor en studio pour avoir plus de liberté, et surtout pour éviter, une certaine claustrophobie. Mais j'aime beaucoup le huis-clos. Mon film de référence est «Douze Hommes en Colère» de Sydney Lumet. C'est le huis-clos parfait.

Et le travail avec le décor, la lumière, les techniciens ?
CM: L'équipe a été très cosmopolite, comme peut l'être une équipe à Los Angeles. Avec Tabbert Fiiller, notre chef opérateur, nous voulions une image contemporaine tandis que le décor (Tyler Jensen), les costumes (Rosalida Medina) et les maquillages (Laci Hill) devaient être seventies. Chaque séquence a été travaillée sur plan, avec les hauteurs de camera et les heures précises pour la lumière en studio. Aussi, chacun avait un type de cadre qui lui était destiné. Les personnages stables (Marvin, Henry) étaient sur pied et les personnages instables (Frank, Bud) à l'épaule. Les scènes de violence ont été filmées à l'épaule avec des hauteurs basses et les scènes calmes ont été parfois filmées d'en haut ou en latéral.
Le travail sur l'image ne serait pas complet sans l'apport de Pitof (Vidocq, Alien 4, La Cité des Enfants Perdus), qui a littéralement redessiné la lumière et les couleurs en post production. On ajoute, pour certains plans de la fin, les effets spéciaux de Olivier Dumont (Tree of Life, The Prestige). Pour le montage son et le mixage, j'ai travaillé avec une équipe issue de Wildfire (mixeur de Gus Van Sant, entre autre) et enfin, la post production a été assurée par Pascal Vaguelsy (The Fighter, Dear John) à Los Angeles.

Comment s'est passé le travail avec les acteurs ?
CM: Il était important d'avoir des acteurs Indiens pour le film comme Michael Spears (Danse avec les loups, Bury my Heart...) et Tonanzin Carmelo (Into the West, Imprint). Je n'aurais pas pu faire le film sans eux. Il se trouve que la famille de Michael était partie prenante pendant l'insurrection et que son grand-frère est l'unique enfant né à Wounded Knee pendant les combats. Tonanzin est aussi une actrice Indienne célèbre et reconnue.

C'est aussi ma deuxième collaboration avec Chad Brown (Marvin) et Alena Von Stroheim (petite-fille de Eric Von Stroheim) qui joue l'avocate, dans la tradition des films d'investigation.
CM: J'ai fait beaucoup de répétitions avant de tourner pour trouver l'alchimie entre les acteurs, et les amener au centre de mon film. Ron Roggé (Trem, Modern Family) et Circus Szalewski (Conan) sont ainsi devenus deux Shérifs travaillant ensemble depuis 20 ans. King Orba (3:10 Yuma) est devenu Marlon Brando. Anthony Palermo (Rollerball) est devenu Le représentant de Nixon et Henry Leblanc (The Bold and the Beautiful), le sénateur George McGovern. Je dois dire que l'expérience avec eux a été formidable tant au point de vu professionnel, amical, que créatif.

Et la musique ?
CM: Concernant la musique, je dois dire qu'il est difficile d'être à la fois réalisateur et compositeur car chaque discipline utilise des parties du cerveau très différentes. Je m'y suis d'ailleurs repris plusieurs fois, tellement je n'arrivais pas trouver le temps nécessaire pour la concentration musicale. Lorsque l'on fait un film on est assez agité. Au contraire, la musique demande d'être très posé et un peu zen. Difficile donc de combiner les deux.

J'ai cherché un ton inspiré de la musique Nord Américaine folk à la façon d'un Neil Young ou un Nick Cave. A cela j'ai ajouté des textures sonores pour renforcer les tensions et la violence. D'ailleurs, à cause de la guerre du Vietnam, je fais parfois référence à l'Asie.

J'ai eu une belle équipe entre Paris, Los Angeles et Budapest (pour l'orchestre). J'ai enregistré les guitares moi-même. J'ai fait appel au belles voix de Kate Yvorra et Michael Spears ainsi qu'au piano de Matt Rolling (Lyle Lowett, Mark Knopfler). La musique à été mixée par Bruno Mercère chez Sledge et produite par Arnaud Gauthier. Une longue collaboration.

Que ressentez-vous après cette première expérience de long métrage?
CM: Je dois dire que la mise en scène est une sorte d'état de choc permanent, une roue qui tourne pendant des mois sans jamais s'arrêter et pour cela, il faut tenir la distance. J'ai trouvé l'aventure humaine très intense, et la générosité de chacun au moment de la fabrication du film, m'a beaucoup touché.

Pour ce film j'ai appliqué les mêmes techniques de travail que pour la musique. De la préparation, du travail et peu de choses laissées au hasard. La création est toujours basée sur la même énergie, que ce soit pour la musique, l'écriture, l'art graphique et pour la mise en scène. Je retrouve cela chez des artistes que j'admire comme David Lynch, Dennis Hopper ou même Miles Davis qui était aussi peintre.

J'ai grandi avec les films de la période 70/80. Ces films sont la raison de mon choix de faire du cinéma. "The Activist" est mon hommage à ces films.